Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2012

Arthur Crudup, Suite Doc Caloweb et le rock

 

Lors de la dernière conversation, le Doc a cité une anecdote fort déplaisante, et dans le feu de la discussion, très enlevée et très énergique, le nom du principal intéressé a été oublié. Mais un lecteur érudit en matière de blues est venu à point pour compléter l'histoire. Jacques Vassal, c'est l'érudit en question, vient de publier

"LE PAYS OU NAQUIT LE BLUES"   (d'Alan LOMAX traduit par Jacques VASSAL)alan.jpg

un ouvrage de référence en la matière, nous y reviendrons prochainement.

grâce à lui, les faits sont rétablis en totalité. Voici la notice biographique d'Arthur Crudup.

arthur.jpgArthur "Big Bill" Crudup (1905-1974)

Arthur Crudup vient au blues de façon tardive puisqu'il n'apprend vraiment la guitare qu'âgé d'une trentaine d'années, ce qui ne contribuera pas à faire de lui un virtuose de l'instrument mais suffira à accompagner sa voix puissante et à composer quelques classiques du blues tel que "That's All right", "Mean Ol' Frisco Blues", "Rock Me Mama" et quelques autres.

Vers 1940, il quitte le Mississippi pour Chicago ou, après des débuts plus que difficiles, il signe et enregistre pour RCA quelques Blues et Rythm & Blues.

Au milieu des années 50, le blues rural de Crudup ne fait plus recette et il décide de retourner dans son Mississippi natal ou il se produit le soir et enregistre à l'occasion pour des labels comme Chess ou Ace.

Son nom réapparaît en minuscule en 1954 quand Elvis Presley grave pour Sun Records un version enflammé de "That's All right (Mama)" qui lui ouvrira les portes de la gloire. Presley enregistrera également "My Baby Left Me" et "So Glad You're Mine" sans que Crudup ne touche un cent de royalties, tout juste Elvis lui offrira-t-il, dans sa grande générosité, la plaque du disque d'or de "That's All right (Mama)".

Loin du succès du futur "King", Crudup continue néanmoins son chemin, quelques enregistrements inégaux et concerts dans les clubs et lors de festivals lui assurant quelques revenus qui ne l'empêcheront pas de mourir dans la misère en 1974.

Quelques disques :
- "Mean Ol' Frisco", une compilation plutôt bien faite ou des titres moins connus cotoient "Mean Ol' Frisco" ,"That's Alright"et "Rock Me Mama".

- "Complete Recorded Works", pour les inconditionnels, quatre volumes couvrant une période entre 1941 et 1954.

 Cette note biographique disponible sur le web ne précise pas que Presley a déposé, sous son nom une chanson qu'il n'avait pas composée. Ce qui était la raison de l'ire de Doc Caloweb.

 

Une précsion sur ce vol: ( par Flovia le Dim)


Crudup s’est souvent plaint que ses chansons aient rendu célèbre un "homme blanc", mais c’est surtout du fait qu’il n’a jamais perçu aucune royaltie. Pour lui, c’était non seulement une question d’argent, mais aussi de respect. Elvis Presley a semble-t-il eu quelque torts dans cette histoire, néanmoins Lester Melrose, beaucoup plus.
Arthur était en effet rémunéré de 75 à 200 $ par titre après chaque session, point final.
Pas de droits d’auteur, ni aucun pourcentage perçu sur les ventes (à l’instar de la majorité des bluesmen de l’époque!).
Lorsque John Carter s’est penché sur le sujet afin d’obtenir un statut honorable concernant les droits d’auteur d’Arthur, le décès de Melrose a fortement compliqué l’affaire, tous les droits et obligations de ce dernier ayant été revendus à un label "major".

Deux avocats se seraient succédés pour démêler l’affaire, l’épilogue, au goût amer, ayant voulu que Crudup décède dans la misère, avant d’avoir touché le moindre sou.

 

Plus d'infos ici   http://www.aupaysdublues.com/t561-arthur-crudup

21:43 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (1) | Tags : blues, crudup, presley, rock | | |  Facebook |  Imprimer |

05/11/2012

Doc Caloweb, le retour ! Place aux vieux !!

Après quelques mois de silence, dans une sorte de retraite introspective spirituelle, avec le soutien de quelques spiritueux , Doc Caloweb a bien voulu reprendre la conversation. Comme on ne savait exactement où le break avait interrompu la discussion, les Rolling Stones sont arrivés pile poil pour aborder l'état du rock contemporain. Avec quelques flashes back..

« … C'est quand même ahurissant qu'on ait fait de Presley l'idpresley gros.jpgole emblématique du rock … Qu'on en fasse l'icone de l'ice cream et du beurre de cacahuètes, d'accord, mais ce fucking bastard a détourné les vraies musiques de révolte. Celles qui étaient nourries de piment de Louisiane et de jus d'alambic... au lieu de ça, on a vu les kids roses et ronds nous la jouer rebelle de quartier... sans oublier le King qui déborde de son costard à paillettes, façon Bollywood avant l'heure... 

 

chuck.jpgJe voudrais pas faire du communautarisme abusif, mais le vieux Chuck a quand même plus d'allure que ce grand benêt de Presley, et lui, Chuck Berry il a vraiment été un des inventeurs du rock, pas un copieur, ou un voleur.

 (NB j'ai dans l'idée qu'on ne va pas échapper à cette déplorable histoire de vol de musique...)

 Je t'ai raconté ? Je résume, en 1954-55, Presley découvre un blues composé en 1942 par un chanteur un peu negro, qui en a fait son tube principal, Presley le met à son répertoire, puis il voit que la chanson n'a pas de copyright, pas gêné, il la dépose à son nom, et après ça il interdit à l'auteur de la chanter et l'enregistrer, c'est pas de la crapulerie la plus dégueu ? Et le mec, l'auteur, est mort dans la misère.. Alors tu vois, même si Elvis a une voix à dépuceler les filles, moi j'ai toujours envie de lui mettre des pains dans la tronche quand je l'entends. Même s'il est mort. Et d'une façon assez pitoyable et ridicule pour un King. Mais c'est le cas de le dire, si haut que soit le trône, le King est assis sur son cul. Ou sa cuvette … Bon, ça m'énerve ces conneries, tu me demandes ce que je pense du rock en 2012? Bullshit ! Ça te va ?? A part quelques vieux qui ont encore du jus dans le moteur, on entend de ces trucs … On voit bien que ces gugusses ont été nourris au MacDo et élevés au Cocacola, c'est de l'ersatz, rien à voir avec les musiques qui sont nées dans les bayous de Louisiane, arrosées de Jim Beam, ou de quelques jus d'alambic à tuer un cheval. Ah oui, je l'ai déjà dit, alors remplace le Coca par le Tabasco et le MacDo par le poulet cajun, ou le dirty rice bien relevé, ça c'est des plats d'hommes !

tontons avec bouteille.jpg

Tu vois la scène dans les Tontons flingueurs ? Quand ils boivent leur truc « avec de la pomme » ? c'est un peu ça pour le novice... comme la sauce harissa sans préavis dans le couscous …

C'est comme ça qu'elle est née notre musique, pas dans les salons de thé avec des napperons de dentelle... J'ai pas tellement aimé le rock, il y a eu quelques grands, The Doors, Pink Floyd, ils ont fait de la musique, pas du bruit... C'est Jagger qui l'a dit, nous faisons du bruit, si vous appelez ça de la musique, c'est que vous êtes gentils... pourtant, les Rolling Stones c'est loin d'être les pires, ils connaissaient le blues eux... leur nom vient d'un blues de Muddy Waters, Rollin'stone … je crois que c'est Brian Jones qui avait trouvé le nom … je sais pas ce qu'il est devenu …

 NB Le bassiste original des Stones, Bill Wyman a dit de Jones "... Il a créé le groupe. Il a choisi les membres. Il a nommé le groupe. Il a choisi la musique qu'on jouait. Il nous a trouvé des concerts... Très influent, très important et puis il a perdu son pouvoir peu à peu - extrêmement intelligent - et il l'a gâché et tout s'est envolé" Brian Jones a quitté les Stones en 69, et il est mort un mois après, dans des circonstances un peu confuses.

 Les Beatles, oui bon, c'était de la bonne pop, et puis franchement, la révélation, ils l'ont eue en écoutant Elvis … Sans lui pas de Beatles, a dit John Lennon... qui aurait mieux fait de se taire ce jour-là … Et puis, il y a des choses qui m'ont vraiment énervé chez ces gens du rock de bazar, les mecs qui vont essayer leur guitare devant un miroir, pour voir si ça leur va bien au teint, qu'elle sonne ou pas, ils s'en tapent, t'en as même qui font leur show en fracassant leur guitare à la fin … T'imagines Paganini explosant son Stradivarius à la fin du concert ? Et je te parle pas des ahuris qui humiliaient des vrais musiciens de jazz parce qu'ils avaient l'inconscience de faire quelques accords diminués, sortis des 3 accords de base, ces crétins ne connaissaient rien de rien, suffisait que ça fasse du bruit en binaire et que ça soit pas compliqué à jouer. Mais fallait bien bouffer et payer le loyer, alors les bons jazzmen jouaient, en studio, sous pseudo, hein, qu'on aille pas les reconnaître. And shame shame shame …

Heureusement, il y a eu les Clapton, Mark Knoffler, mes préférés, les Dire Straits, voilà de mecs qui font de la musique, sans esbrouffe, mais avec un putain de swing qui t'embarque, eux ils font l'amour à la musique, ils la violent pas dans une tournante et ils te regardent pas comme un alien quand tu leur parles d'un accord de 7 ème augmenté, ou un Do 6/9...

Au départ de cette discussion, il m' était venu à l'idée de lui parler d'une anecdote marrante, mais ce fut inutile, toutefois notons-là pour la postérité. Dans un entretien on demande au leader d'un jeune groupe de french rock pourquoi il chante en anglais, il répond que la langue sonne mieux, et il illustre avec pertinence son propos :

«Prenez les Beatles, quand ils chantent I love you yeh yeh yeh, vous nous voyez chanter Je t'aime oui oui oui ? C'est ridicule... » Bin oui imbécile, c'est bien pour ça que les Beatles n'ont pas chanté « I love you yes yes yes » … Et là, on peut ajouter que ce zozo a une connaissance très limitée de l'anglais pour ne pas voir la différence entre Yes et Yé,ou Yeah… Mais comme ils chantent pour des gens qui ne comprennent pas l'anglais, surtout le leur, ça ne porte pas à conséquence. On peut aussi signaler qu'il y a eu quelques exemples d'artistes qui ont su faire sonner des musiques avec des textes costauds, comme Higelin dans BBH 75..

"Hey, je suis né dans un spasme, le ventre de ma mère a craché un noyau de jouissance et j'ai jamais perdu le goût de ça."

On dira ce qu'on voudra mais c'est d'un autre niveau qu' un autre monde où la terre serait ronde, et la lune blonde...

Mais ceci est une autre histoire … Quoi que … Il a quel âge, Jacques ? 14 ans de moins que Chuck Berry ? Gamin, va, allez place aux vieux !!!

 

 Propos recueillis par Norbert Gabriel entre deux tournées de Jim Beam, et quelques éclats de blues...

15:09 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (1) | Tags : rock'd'roll, rolling stones, beatles, doc caloweb, higelin, chuck berry | | |  Facebook |  Imprimer |

27/08/2012

Valse Romani...

 

 Une valse à 3 temps..

 Premier tour

Au printemps de quoi rêvais-tu?
Vieux monde clos comme une orange,
Faites que quelque chose change,
Et l'on croisait des inconnus
Riant aux anges
Au printemps de quoi rêvais-tu?
Au printemps de quoi riais-tu?

 Deuxième tour

On m'a dit tes idées ne sont plus à la mode
Quand on veut gouverner ce n'est pas si commode
Il faut évidemment s'adapter au terrain
Mettre jour après jour un peu d'eau dans son vin

On m'a dit dans la jungle il faut qu'on se débrouille
On est bien obligé d'avaler des magouilles
De laisser dans un coin les projets trop coûteux
On va pas tout rater pour des canards boiteux

 Troisième tour

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

Ils ont dit qu'il fallait se montrer réaliste
Qu'il y avait du bon dans les journaux racistes
Qu'il fallait nettoyer ce cher et vieux pays
Si l'on ne voulait pas qu'il devienne un gourbi

 Epilogue

 Quand j´étais jeune on me racontait que bientôt viendrait la victoire des anges
Ah comme j´y ai cru comme j´y ai cru puis voilà que je suis devenu vieux..

Le chant n´est pas moins beau quand il décline
Il faut savoir ailleurs l´entendre qui renaît comme l´écho dans les collines
Nous ne sommes pas seuls au monde à chanter

et le drame est l´ensemble des chants

 

 

Monsieur le Président François,

 

Dans le contexte de cette journée du 27 Août, j'ai l'étrange sentiment d'avoir fait un grand bond en arrière, dans une époque que je croyais révolue, celle où les forces de l'ordre dit républicain allaient détruire des campements de miséreux sans que la Justice, laissons lui encore une majuscule de principe, ait prononcé ses attendus. Serions-nous retombés à la défaveur du mois d'Août dans une période de régime autoritaire que nous pensions être loin de France ? En revisitant quelques chansons nées en d'autres temps, peut-être des temps de gouvernements qu'on pourrait qualifier de droitisants, il s'avère que ces refrains de chansonnettes impertinentes ont des échos parfaitement en situation avec le temps présent. Le temps d'un changement maintenant. Mais pas ici semble-t-il. Ou alors j'ai mal compris ce qu'on m'a expliqué ? Moi, citoyen je croyais ne plus voir ces dérives sarko-fascistes, moi citoyen, j'ai cru qu'on allait chercher une solution pour les Roms, et non des expédients expulsifs, moi citoyen, j'ai cru qu'on allait se pencher pour de bon sur la question des énergies polluantes, moi citoyen, je commence à me demander s'il n'est pas plus confortable de se faire cocufier par le monde libéral que par des faux amis, moi citoyen, j'ai fait un mauvais rêve, il m'avait semblé que le mois de Mai était porteur de promesses, je crois qu'elles sont du même tonneau que celles de temps d'avant, elles n'engagent que les imbéciles qui y croient. Moi citoyen imbécile, je ne sais plus très bien où aller, mais je crains que ce ne soit pas sur le chemin qui se dessine. Que vous dessinez.

Avec l'expression de mes sentiments respectueusement déçus, je laisse à Christine Sévres un point de vue, que je partage.

Le soleil brille pour tout le monde
Quand, à la Méditerranée,
On s' donne la main, on fait la ronde.
Et chacun peut en profiter.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
Le caviar et la vache enragée,
Les clochards avec les starlettes.

Moi, j'dis qu' l'hiver a pas l' même goût
Selon comment on le regarde.
Moi, j'dis qu' l'hiver a pas l' même goût
A Megève ou sous l' pont de Saint-Cloud.

 

Norbert Gabriel

 

 Autre point de vue d'un témoin,  Qu’est-ce qui caractérise cette expulsion d’Evry ?


389230_un-camp-de-roms-a-evry-le-23-aout-2012.jpg


« Nous n’avions jamais vu d’expulsion à la veille d’un procès, même sous Nicolas Sarkozy. Là, malgré la directive du Premier ministre, les maires refusent de discuter sérieusement avec les associations. Pour l’instant, le "changement" nous renvoie en arrière. La mairie nous réoriente vers le préfet, vers la Croix rouge, vers l’Etat… On nous tient le même discours qu’à l’époque Sarkozy. »

Avec l'amicale participation de Jean Ferrat (et Aragon)

« Au printemps de quoi rêvais-tu, La porte à droite, Epilogue »

Avec Christine Sèvres, « Point de vue »

 

PS : Quand j´étais jeune on me racontait que bientôt viendrait la victoire des anges...

Comme les lendemains qui chantent, pour le moment il y a beaucoup de fausses notes.

 

Post-scriptum 2: et voici maintenant cette déplorable affaire Aurore Martin, qui renvoie à des échos de temps pas très anciens de collaborations assez détestables...  Sombre Novembre ...

21:13 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (2) | Tags : rom, expulsion, ferrat, christine sèvres, evry, hollande | | |  Facebook |  Imprimer |