Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2015

Freddy Taylor, Django, Stéphane et les autres

 

En attendant de retrouver Doc Caloweb dans la saga de ses souvenirs, suivons la route des quatre chansons dans la vie musicale des années 30 et du jazz à la française, que les américains venaient partager à Paris... 

Dans un précédent tour d'horizon avec Django et Jean, Reinhardt et Sablon, quelques belles pépites ont montré les liens étroits que le jazz entretenait avec la chanson, et surtout la complicité rieuse, amicale qui faisait une fête des séances d'enregistrement. Un rappel : en ces temps anciens, on gravait la musique sur des galettes de cire, un seul micro, tout le monde autour, on arrivait au top de son art, et en 3 mn c'était emballé. Sinon on recommençait tout.

 

Freddy Taylor 1=rec 21-08-2015 19-40-03.jpgOn peut imaginer qu'on avait répété avant, qu'on avait joué, au sens ludique, et ça s'entend souvent dans la guitare chantante de Django quand il accompagne son crooner préféré. Mais il n'y a pas eu que Sablon dans la vie musicale de Django, le jeu avec un chanteur lui a plu puisque d'autres invités ont été conviés et ce qui change de ses participations avec Sablon, où il était la cerise sur le gâteau, c'est qu'il devient, avec Grappelli le maître du jeu, celui qui reçoit, qui invite, et il choisit bien ses partenaires. Freddy Taylor sera un des plus présents au cours de ces années de plus grande création du Quintette du Hot Club de France.

 

Dans ce premier morceau, Freddy salue ses compagnons... « Django's muggin, Stephen's muggin »   dont on ne sait exactement le sens, mais un private joke très codé est plus que probable... et pas forcément avouable..

I'se A Muggin'

 

 

I'se A Muggin', Django Reinhardt et le Quintette du Hot Club de France, Stéphane Grappelli (v); Django Reinhardt (g solo); Joseph Reinhardt, Pierre "Baro" Ferret (g); Louis Vola (b); Freddy Taylor (vo) Paris 04.05.1936

 

 

 

Un des plus beaux exemples de cette fusion entre chanson et guitare c'est Georgia in my mind, et les deux guitaristes d'accompagnement sont deux pointures du genre, Joseph Reinhardt et Baro Ferret.

 

Django Reinhardt et le Quintette du Hot Club de France, Stéphane Grappelli (v); Django Reinhardt (g solo); Joseph Reinhardt, Pierre "Baro" Ferret (g); Louis Vola (b); Freddy Taylor (vo)  15  Octobre  1936- Gramophone, Paris

 

Et quelques autres beaux moments de chants et de jazz..

I Can't Give You Anything But Love

 


 

(Django Reinhardt & Freddy Taylor -  Paris, 04.05.1936)

 

 

Shine


 

(Django Reinhardt - Freddy Taylor -Paris, 15.10.1936)

 

After You've Gone

 


 

(Freddy Taylor & Django Reinhardt - 4 Mai 1936 - Gramophone, Paris (Django Reinhardt et le Quintette du Hot Club de France, avec Stéphane Grappelli (v); Django Reinhardt (g solo); Joseph Reinhardt, Pierre "Baro" Ferret (g); Lucien Simoens (b); Freddy Taylor (vo) )

 

 Django et ses amis américains,

 

I Ain't got nobody


 

Avec Freddy Taylor (voix); Benny Carter (saxophone alto , trompette); Frank "Big Boy" Goudie (saxophone ténor, trompette, clarinette); Coleman Hawkins (saxophone ténor ); Bill Coleman, Arthur Briggs (trompette); Dicky Wells (trombone); Rex Stewart, Barney Bigard (clarinette); Larry Adler (harmonica); Stéphane Grappelli (violon, piano); Eddie South (violon); Garnet Clark (piano).

 

 Autre moment Blue drag,  il n'y a pas Freddy, mais quelle superbe guitare ! (Une des Selmer-Maccaferri,  LA guitare du jazz français)

 


 

NB : contrairement à ce que disaient quelques gentils médisants, Grappelli ne s'est pas fait noter Grappelly par snobisme anglophile, mais pour qu'on prononce son nom correctement, et pas Grappellaye... D'ailleurs ses autographes de l'époque – on en voit un sur vidéo- signent Grappelli. A l'italienne.

 

Norbert Gabriel

 PS: la Selmer née Maccaferri, c'est elle !  (ici celle de Crolla, la 453)

django,django reinhardt,freddy taylor

 PS2  Pour les fans de guitare, l'histoire, et le rôle des Maccaferri-Selmer dans le jazz français, c'est là:

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/un...

 

 

 

11:03 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (7) | Tags : django, django reinhardt, freddy taylor | | |  Facebook |  Imprimer |

Commentaires

" I said just an old sweet song
Keeps Georgia on my mind ..." , vieilles chansons douces et swinguantes, c'est bon ! j'y suis pour un moment, et je n'ai que du sir Edward's sous la main, mais ça fera l'affaire ...

Écrit par : Danièle Sala | 22/08/2015

Le roturier Jim Beam se fera un plaisir de trinquer avec l'aristo Sir Edward, pas de ségrégation dans les libations..

Écrit par : Norbert Gabriel | 22/08/2015

Mais je n'ai bu que virtuellement, étant déjà Scotch ée devant les vidéos de Django and cie ...Et j'ai fait cramer mon rôti !!!

Écrit par : Danièle Sala | 22/08/2015

Sorry pour le rôti... Une indemnisation réparatrice est à l'étude....

Écrit par : Norbert Gabriel | 22/08/2015

Une explication de texte pour "muggin" par l'érudit Brian Thompson de Boston:

Petite info: pour "I's muggin" (= I am mugging), voici le sens du mot, sous le verbe, sens 2:

mug 1 |məg|
noun
1 a large cup, typically cylindrical and with a handle and used without a saucer.
• the contents of a mug: a large mug of tea vanished in a single gulp.
2 informal a person's face.
3 US informal a hoodlum or thug.
4 Brit. informal a stupid or gullible person.

verb (mugs, mugged, mugging) informal
1 [ with obj. ] attack and rob (someone) in a public place: he was mugged by three men who stole his bike | (as noun mugging) : a brutal mugging.
• dated fight or hit (someone).
2 [ no obj. ] make faces, especially silly or exaggerated ones, before an audience or a camera: he mugged for the camera.

University of Massachusetts Boston
www.faculty.umb.edu/brian_thompson/home.htm

Écrit par : Norbert Gabriel | 22/08/2015

Ah ! ok, j'ai fait l'université buissonnière, mais j'ai à peu près compris , ce n'est pas un compliment que Freddy fait à ses amis et à lui même, trois sacrés compères complices !

Écrit par : Danièle Sala | 22/08/2015

Magnifique cette voix de Freddy Taylor, que je découvre avec votre article.
Et "Georgia on my mind " me fait penser à un autre Georgia, celui de Ray Charles!
Oui ce sont de vrais pépites que vous nous montrez Norbert, j'en redemande.
Merci

Écrit par : Odile Fasy | 23/08/2015

Les commentaires sont fermés.