Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2013

Doc Caloweb et les frères Salvador

 

En zigzagant sur les traces de Crolla dans le Paris jazz des années 35-60, il y a des rencontres ricochets qui font découvrir des personnages un peu oubliés aujourd'hui mais qui ont eu un rôle important, discret, mais réel. Ce sont quelques uns de ces sidemen des années jazz dont Doc Caloweb se souvient.

« C'est bien que tu m'aies rappelé Daidy Davis-Boyer, une sacrée bonne femme. freres_salvador6440.jpgElle était très copine avec André Salvador, un peu moins avec Henri... Il n'aimait pas qu'on lui rappelle qu'il avait un frangin. Et pas n'importe quel frangin, un grand bonhomme André... Plus personne ne sait qu'en 1935-36, c'était les frères Salvador qu'on commençait à voir dans les milieux du jazz. Et c'est les deux frangins que Django avait engagés, il avait dû les voir au Jimmy's, tous les deux, pas seulement Henri. Dans les clubs de jazz, on disait club à cette époque, c'était des endroits chics et chers, on voyait souvent cette française, Andrée Boyer, elle s'est mariée à un sax alto, Roby Davis, et Daidy, c'était Dédée prononcé façon States. Elle a beaucoup aidé les musiciens cette femme... Elle a organisé des tournées, des concerts, elle était conseillère avisée à peu près en tout...

Pour André Salvador, le frère ainé, on a quand même l'impression qu'il a pas mal inspiré son petit frère... Il avait un sacré talent, Henri, faut bien reconnaître, mais dans la musique, le génie ne nait pas du néant, il y a toujours un élément déclencheur. Si tu poses une guitare Selmer chez les pygmées, ils en feront des polyphonies de la forêt, pas du swing manouche. André Salvador, il a commencé à jouer du banjoline, vers les années 33-34, puis il est passé à la guitare jazz alto, on dira ce qu'on voudra mais quand Henri dit qu'il a découvert et appris la guitare tout seul, il pousse un peu la galéjade. T'as 15-16 ans, chez papa-maman ton ainé joue de la guitare, et tu dis que t'as tout fait tout seul... Il a dit ça dit dans sa « bio » mais 200 pages, et allégées, il en aurait fallu 150 de plus pour boucher les trous de mémoire.

Et il aurait pu aussi se souvenir qu'il avait un cousin qui était dans les premiers membres du Hot Club de France, et c'est lui qui a initié André au jazz. Celui de Django... Si tu écoutes les chansons d'Henri, vers 1947-48, il y a un album en partie guitare-voix, si tu n'as pas vu la pochette, en première écoute, tu penses à Sablon accompagné par Django en solo... Dans la chanson « St Germain des Prés ».. Même voix de crooner, comme Nat King Cole, même guitare fine et subtile... C'est très bon, il y a un vrai dialogue voix-guitare, et le son Django, qu'il le veuille ou non, alors quand Henri dit qu'il ne doit rien à Django … Il parle de Charley Christian... au lieu de Charlie Christian... ça m'énerve, ces trucs... bien sûr qu'il a joué des séries en accords, comme Charlie Christian, Django aussi l'a fait, avant qu'on connaisse Charlie... mais Henri doit être un des premiers à avoir enregistré des chansons en voix-guitare, dans ces années-là, il fallait de l'orchestre, c'est Brassens qui a imposé le genre, un ou deux ans avant, on avait refusé à Félix Leclerc...

cd_leardee_et_andre_salvador7180.jpgAndré, on l'a retrouvé dans pas mal d'aventures musicales du jazz, mais c'était un personnage riche de possibilités, pendant la guerre, il s'engage dans la résistance, sans esbrouffe, il a refusé des décorations, il avait fait son devoir et basta. Plus tard, il a été champion de tir à l'arc, ceinture noire de karaté, tu imagines ça ? En fait, on peut se demander si un type aussi bourré de talents divers a vraiment réussi sa vie … Il a joué avec des très grands, Don Byas, Bill Coleman, c'est lui qui les invite dans une émission dont il est la vedette, et malgré ça, un jour, il se tire au Québec, pas dans les rues de Montréal, mais dans la forêt des Laurentides, chez les Inuit qui lui donnent un nom de chez eux Wacapac, j'ai jamais su ce que ça voulait dire...

Etonnant comme certains ont le talent d'esquiver les chemins de la gloire, remarque, c'est comme ton Crolla, dès qu'il était reconnu dans quelque chose, il allait voir ailleurs … C'est drôle, en 47, ils ont été récompensés tous les deux, par un grand prix de l'académie du jazz pour Crolla avec Chauliac et Soudieux, en trio, avec « Crazy show » et un autre titre* et grand prix du disque pour Salvador, André, avec Ekyan, sur une compo de Lionel Hampton. « Hey ba ba rebop »… copie_de_sat916a_andre_salvador_._saturne_9160.jpg

Après ces années, il s'est mis à tourner un peu partout, beaucoup à l'étranger, je l'ai perdu de vue jusqu'en 59, quand il a fait « Paris mes amours » avec Jo Baker, tu penses bien que j'allais pas rater ça, j'étais pas dans l'orchestre, mais elle m'avait trouvé un petit boulot dans l'équipe, comme au bon vieux temps... Les petits boulots indispensables, c'était ma spécialité. Imbattable dans le genre, dégoter un banjo à 5 cordes, c'était introuvable à l'époque, une kora ou un djembé, trouver un cordonnier ou un kiné à 3 h du mat, ou le restau qui sert le riz aux haricots rouges façon New Orleans, et le jambalaya de poulet, j'étais le king… Bon, un peu rusé parfois... genre, suggérer à un des musiciens de parler du plat national, pour que tout le monde en salive d'avance, et là, qui c'est le sauveur qui connait le seul restau de Paris ouvert à minuit avec cette spécialité ? Le vieux Cab… qui avait téléphoné avant pour arranger le coup… Yep, mec, dans le spectacle, y a pas de miracle, mais du feeling, de l'astuce, du savoir-faire … et un bon carnet d'adresses. C'est une des dernières fois où j'ai vu André, après il a mené une vie de patachon à faire du sport, genre se lever aux heures où je me couche, ça facilite pas les contacts. Il a même eu un diplôme pour enseigner la natation, en Allemagne, il a été prof aussi au Québec, tu vois un peu le personnage... Un hyper actif jusqu'à la fin… 90 ans … C'est une belle vie. Toutes les fois que j'allume une clope, et c'est assez fréquent, je pense à lui, il avait composé une chanson « Si j'étais une cigarette... » il y avait ce couplet :

Si j´étais une cigarette
Tes lèvres pour mieux se griser
De mon odeur fine et discrète
Me presseraient dans un baiser
Oui mais que pourrais-je en attendre
Sinon de voir sur le tapis
Eparpillé en folles cendres
Un amour qui n´est pas compris

_andre_salvador.jpg Un amour qui n'est pas compris... des fois je me demande si ce n'est pas un peu autobiographique… va savoir ... Ce genre de personne qui virevolte dans tous les genres, on n'aime pas trop en France, Henri a vite compris, il a ciblé son domaine d'excellence, et il a mis le paquet. Avec une réussite méritée, faut pas discuter là-dessus. Mais moi, le bricolo qui papillonne, j'ai une petite préférence pour les électrons libres comme André, Henri Gougaud, le mec qui parle très bien des années cabaret a une observation très juste, « il n'a pas chanté aussi haut qu'il imaginait, mais il a chanté à l'air libre... » Ça compte ces choses dans une vie d'homme... Crolla était comme ça …

Il y a un autre point commun entre André Salvador et Crolla, dans les années 55-60, lui aussi s'est tourné vers le cinéma, mais ceci est une autre histoire... »

 

En vérifiant les dates et les notes biographiques, André et Henri Salvador sont morts tous les deux à 90 ans... Hasard ou coïncidence, ou ...

Propos recueillis par Norbert Gabriel

*l'autre titre du trio Léo Chauliac, Crolla, Soudieux, c'est « Bye bye blues »

 

Avec un peu de musique pour finir...

André Salvador "Petite fleur fanée" http://www.youtube.com/watch?v=pHROxa1sIwA

"Mambo" http://www.youtube.com/watch?v=e2z0UMqmn08

Pour Henri : "St Germain des Près" voix guitare http://www.youtube.com/watch?v=cu10Bfy3TzE

et ici dans "Syracuse", un beau guitare-voix où on le voit jouer 'sur une Di Mauro chorus'http://www.youtube.com/watch?v=tbY9ZJXdH1w

 

 

16:48 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (1) | Tags : salvador, crolla, django, ekyan;chauliac, baker, norbert gabriel, doc caloweb | | |  Facebook |  Imprimer |