Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2012

Djazzeries Singing the blues

blues,higelin,guitare,chanson;

     Conversations avec Doc Caloweb...  Le blues.

 

 

 

 

 

Le blues, c'est devenu le truc à la mode, c'est comme le reggae, avant de faire du reggae il faut entrer en religion et revêtir l'uniforme qui sigle façon panneau indicateur, comme si les gens qui vont écouter la musique avaient besoin de repérer par la défroque ce que va jouer le musicien. Dans cette approche, le type qui joue du Mozart devrait se perruquer façon 17 ème siècle, et endosser l'habit de cour, culotte ajustée dentelles et jabot.

blues,higelin,guitare,chanson;Pour le blues, c'est marrant, ici les néos bluesmen font dans le débraillé vaguement crade, alors que la plupart des photos des musiciens des années 30-50 les montrent habillés sobre et classique, costume cravate ou noeud papillon, ou chapeau.

Voir ou revoir les photos de Robert Johnson, BB King, ou ci-contre Charlie Patton.

Le blues, c'est pas avec des oripeaux qu'on le ressent, c'est dedans, pas dehors.

 

...Tu vois gamin, quand je faisais mon show du Jim Beam Blues, c'était un cartoon, un numéro, pour épater et appâter le pékin et lui délier la bourse, mais chanter le blues c'est pas faire un numéro de pitre qui gigote dans tous les sens... Un des plus grands, c'était Blind Tommy Gardison, on n'est pas beaucoup à l'avoir connu, c'était un type extraordinaire, il jouait assis, sans bouger ni pied ni patte, et dès qu'il commençait à chanter la salle se taisait, comme hypnotisée... Toute la déchirure et la détresse du blues profond, il te la faisait vivre, il te plantait ça dans le ventre, sans bouger, même ses doigts sur la guitare semblaient jouer au ralenti, pourtant il s'en servait comme Robert Johnson, comme une autre voix... 

blues,higelin,guitare,chanson;C'était une guitare assez ordinaire, une vieille Hofner, une rareté, pas formidable, mais ça changeait des Gibson ou Kalamazoo, c'est pas très important mais ce qu'il en faisait, Bon Dieu que c'était costaud. Et puis quand il terminait il faisait une sorte de petit sketch, avec sa guitare, genre allez chérie, c'est l'heure de se mettre au lit, la guitare lui répondait une sorte de miaulement tendre, qui faisait rire les gens, et les vidait de toute la charge émotionnelle qu'ils avaient encaissée... Et il partait, on le revoyait quelques mois après, parfois un an, il n'a jamais voulu enregistrer, on ne met pas l'âme du blues en conserve, et puis un jour on l'a plus vu … Il a disparu, comme ça, personne ne sait comment il est mort, et quand... Peut-être qu'il est pas mort d'ailleurs, ça lui ferait à peine 110 ans, va savoir. J'ai jamais plus entendu jouer comme lui … Et quand je vois des gugusses qui se disent chanteurs de blues se tortiller dans tous les sens, en se mettant des « vibes » dans la voix pour faire roots, ça me donne plus envie de rire que de pleurer.

Tu me parlais des gens qui font du blues en Europe, qu'est-ce que tu veux que je te dise ? C'est comme si on voulait transposer le Mississippi et ses 6000 kms en Belgique, ou en Suisse, ça peut pas... Le blues, c'est pas une recette qu'on exporte n'importe où, le blues, c'est … c'est le blues.

Mais j'ai bien aimé ce que tu m'as fait écouter, ce mec Chris Gonzales, lui il a compris l'esprit du blues, il est dedans, dans son blues d'ici, c'est bon ce qu'il fait...

Y en a pas beaucoup qui ont compris ça … Et puis j'ai bien aimé votre Higelin, la chanson qu'il est mort, qui qui dit mieux … Y a le blues là dedans , l'esprit du blues... Tiens ce passage que j'ai retenu par coeur :

 

Dans ce putain de cimetièreHigelin blues 2.jpg

J'ai perdu mon humeur morose

Jamais plus personne ne vient

M'emmerder quand je me repose

A faire l'amour avec la terre

J'ai enfanté des p'tits vers blancs

Qui me nettoient qui me digèrent

qui font leur nid au creux d'mes dents

 

 

(Jacques Higelin "Je suis mort qui qui dit mieux..." Album Crabouif 1971)


Si c'est pas du blues, ça …

 OK Doc, c'est du bon..

et ça aussi 

Skip James ""Hard time killing floor blues"

http://www.youtube.com/watch?v=Rv-_mzVBSF8

Norbert Gabriel        

 Last but not least, vous connaissez peut-être , mais au cas où, c'est un vrai bonheur musical

http://vimeo.com/moogaloop.swf?clip_id=2539741

(merci à Nicole Courtois-Higelin pour le rappel et le lien)

Pour Chris Gonzales, c'est l'album "Zipholo" c'est pas tout récent, (1997) mais excellent...

blues,higelin,guitare,chanson;Cherchez, vous trouverez peut-être...

 

 

 

 

 

 

Et puisqu'il est question de blues, en voilà à Paris, tous aux Petits Joueurs pour un grand guitariste.

 

blues,higelin,guitare,chanson;

 

"Qu'il joue du blues aux reflets d'ambre, du Choro brésilien, ou de la musique klezmer, Tim Sparks parvient à faire oublier qu'il est un guitariste virtuose pour révéler une merveille plus rare : le lien qui unit tous les hommes, au-delà des âges et des frontières, par la seule grâce savante de leurs musiques

Et en plus, il swingue terrible : sa guitare pense autant qu'elle danse. Et nous avec. ( GILLES TORDJMAN .)

 Cravic guitariste-chanteur crypto jazz-musette fondateur des Primitifs du Futur, membre fondateur de l'UkuléléClub de Paris, guitariste/jardinier du "Jardin d'hiver" d'Henri Salvador

  Il partage avec Tim le goût des rencontres inédites musicales et humaines et aime à les provoquer.

 

14:36 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (1) | Tags : blues, higelin, guitare, chanson; | | |  Facebook |  Imprimer |

Commentaires

" Tu t'mets l'cambouis sur les mains
Ou tu met l'cap sur les îles
Une mauvaise note au destin
Ou un bon point si c'est facile
T'es dans ta rue dans la ville
Un walkman collé sur l' nombril
Enfant noir, femme de Toulouse
Tous ceux qui chantent "i was born to lose"

Joueurs de blues
On est des joueurs de blues."


Des champs de coton où l'on chante avec des rêves d'évasion, aux rues de hautes solitude où traînent des sanglots de saxo, la note bleue a traversé le monde, et nous fait toujours vibrer au plus profond de nous, la note des bleus au coeur, du vague à l'âme, de toutes les souffrances exprimées ou enfouies dans un vieux silence, avec infiniment de larmes imaginées . Merci pour cet entretien avec Doc et pour le "bonheur musical" qui m'a sauvé d'un film ennuyeux hier soir .

Du blues, je trouve qu'elle en a plein la voix, et elle sera à la coopérative de Mai à Clermont-Ferrand ce soir :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=MRCrJQn5DsU

Écrit par : Danièle | 22/03/2012

Les commentaires sont fermés.