Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2015

Le joli temps des cabarets...

 

 Troisième épisode: tours de chant, tournées, le temps des bons copains 

et n'oubliez pas, un coffret, un album, avec des inédits est annoncé:

http://caminoverde.com/spectacles/marie-therese-orain.php...

 

21032014-1969_Orain_Ecluse_Souchon.jpgDans ces cabarets, on pouvait croiser des habitués de la course quotidienne au cachet, de scène en scène, et des débutants signés par des maisons de disques voulant tester leur impact sur le public. Mais si certains lieux avaient une exigence de spectacle sans perturbation de service, comme le Cheval d'Or, d'autres mélangeaient allègrement la polka des assiettes et des verres, et la ronde des chansons ce qui inspirera « La chanteuse » pour Marie-Thérèse Orain, et plus tard une « Complainte.. » à Maxime LeForestier. Parfois, quand une chanteuse passe dans un cabaret, il est assez fréquent que certains clients fassent une confusion entre l'attraction annoncée au programme, la chanteuse, et la distraction, en supplément implicite non inscrit sur la carte des consommations. Confusion des genres qui se produit aussi parfois dans les dîners en ville. Quand on invite la femme célibataire, celle qui a du bagou, et qui est censée faire son numéro, C'est une entraîneuse  que tu veux? - Mais non, tu es comédienne…  répond la maîtresse de maison… qui ne semble pas y voir une grande différence. Femme libre, donc libre de refuser ce qui ne lui convient pas, à tous points de vue, quitte à manquer des opportunités…

Avec Jacques Debronckart, rencontré à l'Echelle de Jacob, c'est un vrai partenariat, amical et musical. Auteur-compositeur, il écrit aussi sur mesure, « La chanteuse » c'est pour Marie-Thérèse Orain, une de ces tranches de vie d'artiste dont on pourrait dire, se non é vero é ben trovato…

Jacques traduisait exactement ce qu'on avait dans la tête, à partir d'une idée que je suggérais, il faisait du sur-mesure, et c'était un visionnaire, tous les problèmes de société d'aujourd'hui il les a chantés dans les années 65-70...

Cette écriture sur mesure, c'est exactement ce qu'il faut à une artiste qui sait faire vivre les personnages des chansons. Il ne s'agit pas de s'écouter chanter en faisant des effets de voix ou de charme sans trop s'occuper du sens pourvu qu'il y ait le son. Marie-Thérèse est de la famille des comédiens qui chantent, et qui donnent un supplément d'âme à leur art. A peu près l'antithèse des yé-yés avec leurs musiques à danser sans trop réfléchir au texte... Comme cette perle fin Août-début Juillet  qu'un parolier parola pour Johnny, et que personne ne remarqua dans la chaîne de production de la chanson. Ô temps suspends ton vol,  et refais la chronologie.

Malgré tous les avatars de « la chanteuse » , on fait la tournée, et on apprend le métier. Et Marie-Thérèse apprend vite.

Dans les cabarets de cette époque, il y avait tout de suite du boulot… Mais son répertoire et l’étiquette Rive Gauche associée la coupent de tous les grands concours populaires. J'étais trop dans le métier pour les concours, les tremplins

C'était le temps des pleurs, des matins et des soirs en souffrance…Cette chanson dite rive gauche, on lui a collé beaucoup d'étiquettes, elle dérangeait, elle contrariait les marchands du showbiz. Ce qu'en disait Moustaki dans les années 66-68 : « La chanson rive gauche est une chanson plus libre qui ne se fait pas selon le goût du public, mais qui apporte son goût au public... Elle n'est pas dictée par une pensée démagogique, c'est une minorité qui a généré un travail d'équipe ». Ça reste toujours d'actualité en 2014, la pensée musicale démagogique.

Henri-Crolla-Yves-Montan-400x341.jpgCette minorité créative a eu aussi des conséquences négatives parfois, en faisant un ghetto culturel de cette mouvance libertaire. Mais c'est aussi dans ces boites à chaussures (sic) que des orpailleurs comme Jacques Canetti découvraient les vedettes de demain. Il se dit que c'est en allant à l'Echelle de Jacob qu'Yves Montand a découvert l'auteur de « Mon pote le gitan » dont il a fait un succès. Après que Crolla ait insisté pour qu'il la prenne dans son tour de chant (témoignage Jacques Verrières)

Et c'est dans ces cabarets que les organisateurs de spectacles allaient chercher celles et ceux qui assuraient les premières parties, à la fois test pour débutants et garantie de variété pour le public en attendant la vedette qui passe après l'entr'acte. Comme dans cette tournée où Marie-Thérèse Orain et Pierre Louki font la première partie de Georges Brassens. Dans des conditions parfois houleuses.

En tournées théâtre ou music-hall, les rencontres se multiplient, les amitiés se révèlent, de beaux moments partagés qui laissent des éclats de soleil dans la mémoire, et des belles lignes dans le livre d'or virtuel.

 21032014-1976_Orain+Brassens_SSouchon2-2.jpgGeorges Brassens a écrit ce qu'on peut reprendre in extenso aujourd’hui :  Vous pensez bien mes chers amis que je ne vous conseillerais pas d’aller applaudir ma copine Marie-Thérèse Orain si le dérangement ne valait pas la peine. J’ai passé l’âge de faire des blagues et d’inciter les autres à gaspiller leur temps à des riens. La femme et l’artiste que vous découvrirez valent d’être encouragées. Réservez-leur une soirée, vous ne risquez pas la déception. Amusez-vous bien en compagnie de Marie-Thérèse Orain.

 Claude Nougaro : Laissez-moi vous dire mon admiration pour un talent qui n’emprunte rien au bluff ni aux modes, ne connaissant que les chemins de l’esprit et du cœur.

 Et Suzanne Flon :

26122014-Orain_Flon.jpg

 Il y eut d'autres très belles scènes, l'Olympia, Bobino avec Brassens en 73 et 76, puis les deux derniers en 81-82... Et aussi avec Nicole Croisille, Caussimon, Anne Sylvestre, Les Frères ennemis... J'adorais les écouter... Des amitiés et des fraternités avec les bons camarades, Bernard Haller, Alex Métayer, Serge Lama, impressionnant de détermination dès ses premières chansons .

Mais la vie d'artiste d'une femme qui chante n'est pas toujours un long fleuve tranquille, il y a des passages difficiles … Donc rendez-vous la semaine prochaine, et n'oubliez pas, c'est le 12 avril à l'Européen qu'il faut être pour le spectacle-sortie d'album, et notez ce que disait tonton Georges,

La femme et l’artiste que vous découvrirez valent d’être applaudies.

Réservez-leur une soirée, vous ne risquez pas la déception.

Amusez-vous bien en compagnie de Marie-Thérèse Orain.

 

10:13 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (2) | Tags : marie-thérèse orain, cabarets, rive gauche, l'écluse | | |  Facebook |  Imprimer |