Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2012

Valse Romani...

 

 Une valse à 3 temps..

 Premier tour

Au printemps de quoi rêvais-tu?
Vieux monde clos comme une orange,
Faites que quelque chose change,
Et l'on croisait des inconnus
Riant aux anges
Au printemps de quoi rêvais-tu?
Au printemps de quoi riais-tu?

 Deuxième tour

On m'a dit tes idées ne sont plus à la mode
Quand on veut gouverner ce n'est pas si commode
Il faut évidemment s'adapter au terrain
Mettre jour après jour un peu d'eau dans son vin

On m'a dit dans la jungle il faut qu'on se débrouille
On est bien obligé d'avaler des magouilles
De laisser dans un coin les projets trop coûteux
On va pas tout rater pour des canards boiteux

 Troisième tour

La porte du bonheur est une porte étroite
On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite
Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun
D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

Ils ont dit qu'il fallait se montrer réaliste
Qu'il y avait du bon dans les journaux racistes
Qu'il fallait nettoyer ce cher et vieux pays
Si l'on ne voulait pas qu'il devienne un gourbi

 Epilogue

 Quand j´étais jeune on me racontait que bientôt viendrait la victoire des anges
Ah comme j´y ai cru comme j´y ai cru puis voilà que je suis devenu vieux..

Le chant n´est pas moins beau quand il décline
Il faut savoir ailleurs l´entendre qui renaît comme l´écho dans les collines
Nous ne sommes pas seuls au monde à chanter

et le drame est l´ensemble des chants

 

 

Monsieur le Président François,

 

Dans le contexte de cette journée du 27 Août, j'ai l'étrange sentiment d'avoir fait un grand bond en arrière, dans une époque que je croyais révolue, celle où les forces de l'ordre dit républicain allaient détruire des campements de miséreux sans que la Justice, laissons lui encore une majuscule de principe, ait prononcé ses attendus. Serions-nous retombés à la défaveur du mois d'Août dans une période de régime autoritaire que nous pensions être loin de France ? En revisitant quelques chansons nées en d'autres temps, peut-être des temps de gouvernements qu'on pourrait qualifier de droitisants, il s'avère que ces refrains de chansonnettes impertinentes ont des échos parfaitement en situation avec le temps présent. Le temps d'un changement maintenant. Mais pas ici semble-t-il. Ou alors j'ai mal compris ce qu'on m'a expliqué ? Moi, citoyen je croyais ne plus voir ces dérives sarko-fascistes, moi citoyen, j'ai cru qu'on allait chercher une solution pour les Roms, et non des expédients expulsifs, moi citoyen, j'ai cru qu'on allait se pencher pour de bon sur la question des énergies polluantes, moi citoyen, je commence à me demander s'il n'est pas plus confortable de se faire cocufier par le monde libéral que par des faux amis, moi citoyen, j'ai fait un mauvais rêve, il m'avait semblé que le mois de Mai était porteur de promesses, je crois qu'elles sont du même tonneau que celles de temps d'avant, elles n'engagent que les imbéciles qui y croient. Moi citoyen imbécile, je ne sais plus très bien où aller, mais je crains que ce ne soit pas sur le chemin qui se dessine. Que vous dessinez.

Avec l'expression de mes sentiments respectueusement déçus, je laisse à Christine Sévres un point de vue, que je partage.

Le soleil brille pour tout le monde
Quand, à la Méditerranée,
On s' donne la main, on fait la ronde.
Et chacun peut en profiter.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
Le caviar et la vache enragée,
Les clochards avec les starlettes.

Moi, j'dis qu' l'hiver a pas l' même goût
Selon comment on le regarde.
Moi, j'dis qu' l'hiver a pas l' même goût
A Megève ou sous l' pont de Saint-Cloud.

 

Norbert Gabriel

 

 Autre point de vue d'un témoin,  Qu’est-ce qui caractérise cette expulsion d’Evry ?


389230_un-camp-de-roms-a-evry-le-23-aout-2012.jpg


« Nous n’avions jamais vu d’expulsion à la veille d’un procès, même sous Nicolas Sarkozy. Là, malgré la directive du Premier ministre, les maires refusent de discuter sérieusement avec les associations. Pour l’instant, le "changement" nous renvoie en arrière. La mairie nous réoriente vers le préfet, vers la Croix rouge, vers l’Etat… On nous tient le même discours qu’à l’époque Sarkozy. »

Avec l'amicale participation de Jean Ferrat (et Aragon)

« Au printemps de quoi rêvais-tu, La porte à droite, Epilogue »

Avec Christine Sèvres, « Point de vue »

 

PS : Quand j´étais jeune on me racontait que bientôt viendrait la victoire des anges...

Comme les lendemains qui chantent, pour le moment il y a beaucoup de fausses notes.

 

Post-scriptum 2: et voici maintenant cette déplorable affaire Aurore Martin, qui renvoie à des échos de temps pas très anciens de collaborations assez détestables...  Sombre Novembre ...

21:13 Publié dans Blog, Musique | Lien permanent | Norbert Gabriel | Commentaires (2) | Tags : rom, expulsion, ferrat, christine sèvres, evry, hollande | | |  Facebook |  Imprimer |